Manutention de bande séparatrice

Depuis le début de la saison 2019-2020, dans le cadre du Programme Novice demi-glace, Hockey Québec exige l’installation d’une bande séparatrice permettant de jouer en espace restreint. À titre de référence, le Guide des opérations de Hockey Québec présente les lignes directrices de cette politique et indique les normes à respecter selon les différentes phases de la saison (développement, de saison et de transition).

Cette nouvelle exigence implique d’installer une bande séparatrice qui se trouvera au milieu de la patinoire et qui séparera la glace en deux sections distinctes. Pour y arriver, les organisations municipales doivent procéder à l’acquisition du matériel et conséquemment, les employés municipaux devront réaliser de nouvelles tâches, telles que :

  • Déplacer le chariot contenant les sections de la bande séparatrice entre l’entrepôt et la glace
  • Déplacer les sections de la bande séparatrice sur la glace pour effectuer le montage et le démontage
  • Déplacer les sections de la bande séparatrice lors du passage de la surfaceuse
  • Ranger les sections de la bande séparatrice sur le chariot et dans l’entrepôt à la fin des matchs

Toutes ces nouvelles tâches augmentent les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs ou les bénévoles susceptibles d’effectuer le travail :

  • Risque ergonomique lié aux efforts à déployer lors du déplacement du chariot sur lequel repose la bande séparatrice et lors de la manutention des sections de celle-ci
  • Risque de chute et de glissade en raison du déplacement sur la glace
  • Risque de collision avec la surfaceuse
  • Risque de blessures aux mains lors du montage et démontage de la bande séparatrice

Pour soutenir les organisations municipales à accomplir le travail, avec l’aide d’un comité de travail, l’APSAM a réalisé une capsule vidéo qui propose une méthode de travail sécuritaire. Celle-ci illustre l’ensemble des tâches entourant l’installation de cette bande séparatrice.

La vidéo peut également être consultée sur YouTube.
Pour télécharger la vidéo, cliquer sur le lien avec le bouton droit de la souris et enregistrer sur votre poste.

Qui est autorisé à installer le matériel?

Il est important que les gestionnaires des arénas prennent entente avec chacune des associations pour l’installation du matériel avant les matchs, lors du passage de la surfaceuse et pour l’entreposage au cours de la saison.

D’ailleurs, précisons que selon le Guide des opérations de Hockey Québec « tout bénévole qui est appelé à aller sur la glace pour installer le matériel devra préalablement être enregistré dans HCR afin d’être couvert par les assurances de Hockey Canada en cas d’accident ».

Il est aussi possible que ce soient les employés de la municipalité qui effectuent la mise en place ou le retrait des sections de la bande séparatrice.

Dans tous les cas, assurez-vous de préciser les rôles et responsabilités des employés municipaux et des autres personnes susceptibles de réaliser le travail, afin d’éviter toute ambiguïté.

Quels équipements de protection porter?

Pour les employés municipaux (ex. : le préposé à l’aréna), les équipements de protection individuels suivants sont fortement recommandés :

  • Le port de chaussures de protection. Tel qu’exigé par l’article 344 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST), le port de chaussures de protection conforme est « obligatoire pour tout travailleur exposé à se blesser les pieds à la suite de la chute d’objets lourds ou tranchants ».
  • Le port de crampons à glace. Pour contrôler le risque de chute et de glissade sur la glace, il serait judicieux d’exiger le port des crampons pour les employés devant être sur la patinoire lors des opérations.
  • Le port de gants. Ils offriront une bonne adhérence et favoriseront une meilleure préhension lors du déplacement du chariot et lors de la manutention des sections de la bande séparatrice.

Pour les bénévoles enregistrés dans le HCR, le Guide des opérations de Hockey Québec est sans équivoque : « Le port du casque et de patins (ou crampons) est obligatoire pour les bénévoles sur la glace. »

Les sections de la bande séparatrice étant stables lorsqu’elles sont glissées sur la glace, le port de patins ou de crampons est obligatoire pour éviter le risque de chute et de glissade sur la glace. Toutefois, pour les bénévoles qui auraient à descendre ou monter du chariot les sections de la bande séparatrice, nous recommandons le port de chaussure de sécurité afin d’éviter une blessure aux pieds.

Enfin, une paire de gants offrant une bonne adhérence favorisera une meilleure préhension des sections de la bande séparatrice.

Avez-vous remarqué dans le vidéo que l’équipe de montage et de démontage de la bande séparatrice porte une veste de haute visibilité? Cette veste permet à l’organisation de bien identifier les personnes autorisées à être présentes sur la patinoire. En effet, tel que spécifié dans le Guide de sécurité et de prévention dans les arénas, produit par l’AQAIRS, « personne ne devrait se trouver sur la glace lorsque la surfaceuse y est, à l’exception du personnel autorisé. » C’est ainsi que l’équipe de montage et de démontage est autorisée à être sur la glace, un court laps de temps, pour déplacer les buts et les sections de la bande séparatrice, avant de se retirer, en sécurité, sur le banc des joueurs, par exemple.

Conseils et astuces

Voici quelques conseils et astuces qui pourront vous être utiles pour l’ensemble des activités reliées à la manutention des sections de la bande séparatrice :

  • Utilisez des sangles d’arrimage pour assurer la stabilité des sections de la bande séparatrices.
  • Rendez disponible un plan de numérotation des sections de la bande séparatrice. Ce plan pourra grandement faciliter l’installation ainsi que le retrait de celles-ci. Si elles sont disposées dans le bon ordre sur le chariot, il sera plus rapide de réaliser la tâche une fois arrivé près de la glace.
  • Installez des crochets ou une case à proximité de l’entrée de la glace avec les équipements de sécurité requis pour embarquer sur la glace. De cette façon, vous vous assurez que les bénévoles utilisent les équipements de sécurité requis.
  • Poussez le chariot plutôt que le tirer. En effet, le fait de pousser avec le poids du corps permettra d’avoir plus de force et une meilleure stabilité et ainsi réduira les risques de lésions musculosquelettiques. Aussi, cette façon de procéder diminue le risque de chute et de glissade puisqu’elle vous assure une meilleure vision.
  • Déplacez le chariot à une vitesse appropriée. La vitesse recommandée doit s’harmoniser à la vitesse de marche type soit environ 3-4 km/h.
  • Ne soulevez pas les sections de la bande séparatrice. Faites-les plutôt glisser sur la glace, vous éviterez ainsi de soulever des charges. Le même principe s’appliquera au moment de les embarquer sur le chariot. Soulevez une partie de la section pour l’embarquer sur le chariot et faites-les glisser sur le plancher de celui-ci.
  • Évitez d’être à proximité de la surfaceuse lors des opérations de surfaçage afin de réduire le risque de collision.
  • Assurez-vous d’offrir une formation, un entraînement et une supervision appropriés à ceux qui effectueront la tâche pour s’assurer qu’ils ont les habiletés et les connaissances nécessaires pour effectuer les tâches de façon sécuritaire et ainsi, éviter le risque de blessures.

Chariot et lieu de travail

Pour réduire le risque de blessures musculosquelettiques, voici quelques recommandations quant à l’achat ou la conception du chariot qui servira au déplacement et à l’entreposage des sections de la bande séparatrice. Vous trouverez également des conseils généraux visant la tenue des lieux pour faciliter l’utilisation de ces chariots.

Le contenu de cette section est tiré en partie de la page Poussée et traction : chariots à main du CCHST.

Caractéristiques du chariot

Caractéristiques générales du chariot

  • Il est recommandé d’avoir deux chariots pour répartir l’ensemble des sections de la bande séparatrice. Ainsi, vous réduirez les efforts physiques nécessaires pour déplacer le poids total (chargement et chariot). De plus, cela permettra d’éviter la superposition des sections les unes sur les autres et ainsi éliminer le risque de renversement.
  • Favorisez un plancher plein sur le châssis du chariot et veillez à ce qu’il soit recouvert d’une surface qui facilite le glissement des sections (par exemple, en plastique).
  • Optez pour des matériaux légers lors de la conception de la charpente du chariot pour réduire son poids (aluminium versus fer).
  • L’empattement du chariot doit être suffisant pour assurer une stabilité optimale.

Caractéristiques des roues

  • Utilisez des roues qui ont un plus grand diamètre possible. L'emploi de plus grosses roues réduit généralement la force que l'opérateur doit appliquer au cours de ses manœuvres. Idéalement, les roues devraient avoir un diamètre d’au moins 15 cm (6 po).
  • Optez pour des roues plus rigides, ce qui réduit habituellement la force que l'opérateur doit appliquer au cours de ses manœuvres.
  • Il n’est pas recommandé d’équiper le chariot de roues pneumatiques pour transporter de lourdes charges, car ceux-ci peuvent se comprimer et ainsi exiger l’application d’une force beaucoup plus considérable par l’opérateur.
  • Chacune des roues du chariot doit être munie d’un système de blocage afin d’assurer l’immobilité du chariot lors du chargement et du déchargement des sections de la bande séparatrice.
  • Utilisez des roues pivotantes du même côté de la poignée du chariot. Dans l’éventualité que le chariot est muni de poignée à chacune des extrémités du chariot, utilisez alors quatre roues pivotantes.

Hauteur, diamètre et orientation des poignées

  • Il est recommandé de fixer une poignée horizontalement, à chacune des extrémités du chariot pour faciliter le déplacement de celui-ci, par les deux côtés.
  • La poignée horizontale fixe devrait se trouver environ à la hauteur des coudes du travailleur, c’est-à-dire approximativement à une hauteur du sol de 112 cm (40 po).
  • Le diamètre de la poignée doit être d’un diamètre suffisant pour assurer une bonne prise, soit entre 2,5 cm (1 po) et 3,8 cm (1 ½ po).
  • La conception de la poignée doit aussi prévenir le coincement des doigts entre celle-ci et les sections de la bande.

Poids sur le chariot et distance à parcourir

  • La charge pour des chariots à main à quatre roues ne devrait pas dépasser 200 kg (environ 450 lb). Assurez-vous de respecter la capacité de charge du chariot.
  • La distance de chaque déplacement du chariot contenant les sections de la bande séparatrice devrait être d'au plus 30 à 35 mètres (environ 100 pieds).

Caractéristiques du lieu de travail

  • Libérez les voies d’accès et de passage pour déplacer sécuritairement le chariot dans l’environnement de travail et veillez à ce que les revêtements du sol soient exempts de débris, de saletés, de liquide, etc.
  • Les voies de circulation devraient être suffisamment larges pour permettre au travailleur de se positionner derrière le chariot pour le pousser.
  • Les angles de virage devraient permettre l'utilisation du plein rayon de virage du chariot afin d’éviter les arrêts et les départs.
  • Assurez-vous que les surfaces ou les revêtements de sol sont en bon état pour éviter le coincement des roues du chariot.

Enfin, puisque l’utilisation de la bande séparatrice est récente, nous vous remercions de nous faire part de toutes améliorations ou problématiques particulières que vous rencontrerez lors de la réalisation de cette nouvelle activité en contactant Annie-Claude Larivière, conseillère en prévention à l’APSAM.