Thèmes

Infolettre

Recevez les dernières actualités


COVID-19 : Équipements de protection individuels (EPI)

Mise à jour : 2 août 2021

L’APSAM vous rappelle que les équipements de protection individuels (ÉPI) représentent le dernier maillon d’une approche graduée qui est en fait la mesure la moins efficace dans la gestion d’un risque. Ce constat est d’autant plus vrai actuellement face à la lutte contre la maladie à coronavirus.

Pour en apprendre davantage sur l’approche graduée de la gestion des risques en santé et sécurité du travail, référez-vous à la page Mesures de prévention générales recommandées.

Plan de la page :

La protection respiratoire

Masque N95
Masque KN95
Masque médical
Masque non médical attesté par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ)
Masque barrière de type communautaire (couvre-visage)

La protection oculaire et faciale
Quoi faire en cas de pénurie d'équipements de proteciton individuels

Références utiles :

La protection respiratoire

Masque N95

Cet appareil de protection respiratoire protège contre les poussières, fumées, brouillards et de faibles quantités de bioaérosols.

Utilisation : Est-il nécessaire d’avoir un appareil de protection respiratoire de type N-95 pour se protéger des risques de transmission de la COVID-19? (Questions et réponses – COVID-19 (CNESST)).

Norme de fabrication

Conformité

  • Ce sont des appareils de protection respiratoire homologués par le NIOSH et réglementés au Québec.
  • Un test d’ajustement (fit test) est obligatoire en vertu de l’article 45 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail. Le programme de protection respiratoire doit être élaboré et mis en application selon la norme CSA Z94.4-93 : Choix, entretien et utilisation des respirateurs. Référez-vous au programme de protection respiratoire de la municipalité.
  • Un test d'étanchéité doit être effectué chaque fois qu'un masque est porté. Un ajustement occlusif et un frais rasage (24 heures) sont essentiels pour une meilleure protection.
    Pour être efficace, une protection respiratoire doit former un joint étanche avec le visage afin d’empêcher l’air de pénétrer par le pourtour. Lors de la sélection du masque, l’essai d’ajustement permet à l’utilisateur de valider que le modèle choisi est ajusté correctement au visage.
  • Idéalement : Jeter le masque après chaque usage.
  • Réutilisation et désinfection des N95 et des P100.

Particularités

  • Les filtres sont divisés en trois catégories qui représentent la résistance à la dégradation, soit N, R et P, avec différents degrés d'efficacité de filtration (95 %, 99 %, 99,97 %) :
    • N : Ne résiste pas à l'huile
    • R : Résiste à l'huile
    • P : À l'épreuve de l'huile
  • Dans le cas où il y a des bioaérosols d’eaux usées, le masque N95 peut ne pas être suffisant. À ce sujet, consultez la page Spécifications lors de contact avec des eaux usées.

Pour de plus amples informations sur ce type d’appareil de protection respiratoire

Masque KN95

Voir la question Est-ce que le masque KN-95 peut remplacer un N-95 ou un masque de qualité? dans la page Questions et réponses – COVID-19 (CNESST).

Norme de fabrication

  • GB2626-2006: Respiratory protective equipment – non-powered air-purifying particle respirator.

Conformité

  • Les conditions préalables à l’utilisation de ces masques (réussite d’un essai d’ajustement) ne sont que très rarement rencontrées.

Particularités

  • De façon générale, les masques KN95 ne sont pas testés et homologués par le NIOSH.

Pour de plus amples informations sur ce type d’appareil de protection respiratoire

Masque médical

Ce masque, aussi appelé masque de procédure dans différents documents québécois, est principalement conçu pour la protection contre les éclaboussures et les agents infectieux transmissibles par gouttelettes.

Le port du masque médical limite les impacts négatifs pour les milieux de travail, par exemple l’isolement de nombreux travailleurs, liés à la présence de cas positifs en milieu de travail.

Le port du masque médical ou du masque attesté par le BNQ en continu à l’intérieur des milieux de travail est exigé comme mesure complémentaire de protection selon les paliers d'alerte. Pour le travail à l’extérieur, le port du masque en tout temps est exigé si des interactions à moins d'un (1) mètre avec des collègues de travail sont inévitables selon les paliers d'alerte. Voir le document suivant pour plus d’information : Ajustement des mesures de prévention dans les milieux de travail en contexte de déconfinement (CNESST).

Consultez les derniers avis de l’INSPQ :

Le port du masque médical de qualité peut se faire avec ou sans une protection oculaire. La fiche Hiérarchie des mesures de contrôle en milieu de travail avec une modulation par palier de l’INSPQ dresse les critères à utiliser pour déterminer si la protection oculaire est nécessaire ou non avec ce type de masque.

Pour connaître quel type de protection oculaire ou faciale il est nécessaire de porter, consulter la section La protection oculaire et faciale.

Licence

Normes de fabrication

  • Consultez la section Équipements de protection de la page Questions et réponses – COVID-19 (CNESST).
  • ASTM F2100-04 - Standard specification for performance of materials used in medical face masks (ASTM)
    Les masques de niveau 1 sont suffisants pour prévenir le risque de transmission de la COVID-19 à l’extérieur des milieux de soins en absence de risque de projection de liquide biologique.
  • EN 14683 : Masques à usage médical – Exigences et méthodes d’essai (European Committee for Standardization)
    Cette norme comprend 3 niveaux de performance (type I, II et IIR). Seul le type IIR est adéquat.

Conformité

  • Ce ne sont pas des appareils de protection respiratoire homologués par le NIOSH. Ce sont des dispositifs médicaux.

Particularités

  • Le masque médical est une barrière servant à empêcher les gouttelettes d’une source infectée de contaminer la peau et les muqueuses du nez et de la bouche de l’utilisateur. Il peut aussi emprisonner les gouttelettes expulsées par l’utilisateur (Santé Canada).

Pour de plus amples informations sur ce type de masque

L’IRSST a produit un avis Y a-t-il un risque à porter un masque en contexte de chaleur en milieu de travail? Il s’adresse aux travailleurs qui, en contexte de chaleur en milieu de travail intérieur ou extérieur, doivent porter un masque médical. Des recommandations visant à augmenter le confort pour les travailleurs en contexte de chaleur sont aussi présentés.

Masque non médical attesté par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ)

Le BNQ, en collaboration avec la CNESST, a développé un programme d’attestation encadrant la production de masques non médicaux qui peuvent être utilisés en milieu de travail, sauf pour les environnements cliniques et les milieux où se trouvent des personnes qui présentent des symptômes compatibles de la COVID-19.

Important :

  • Seuls les masques non médicaux qui portent la marque de conformité du BNQ peuvent être utilisés dans ces milieux de travail.
  • Les masques non médicaux attestés pourront être à usage unique ou réutilisables. S’ils sont réutilisables, ils ne doivent pas être portés après le nombre maximal d’entretiens prévu par le fabricant.
  • Un masque attesté par le BNQ peut remplacer le masque de procédure.

Le fascicule d’attestation déterminant les exigences de qualité et de performance et les modalités d’attestation est accessible gratuitement sur le site Internet du BNQ. Un document Questions et réponses sur la norme a aussi été publié.

Masque barrière de type communautaire (couvre-visage)

Un masque barrière de type communautaire est un masque fait « maison », confectionné à partir de matière textile, tissée ou non, de façon à couvrir le nez et la bouche.

Pour les personnes de 10 ans et plus, le port du couvre-visage est obligatoire dans les lieux publics fermés et partiellement couverts depuis le 18 juillet 2020. Cette obligation vise plusieurs lieux dont ceux où sont offerts des services municipaux. Le décret 810-2020 présente les modalités de cette ordonnance.

D’ailleurs, le gouvernement du Québec précise que l’obligation ne vise pas les personnes qui travaillent ou exercent leur profession dans ces lieux publics fermés ou partiellement couverts, sauf pour les halls d’entrée, les aires d’accueil ou les ascenseurs de l’immeuble. Les travailleurs demeurent donc soumis aux règles spécifiques édictées en matière de santé et sécurité du travail.
Source : Port du masque ou du couvre-visage dans les lieux publics en contexte de la pandémie de COVID-19 (Gouvernement du Québec)

Consultez aussi Questions et réponses - COVID-19 (CNESST).

La protection oculaire et faciale

La réglementation québécoise prévoit que les protecteurs oculaires ou faciaux doivent être conformes à la norme CSA Z94.3-07 : Protecteurs oculaires et faciaux, entre autres, lors de la projection de particules ou d’objets. Toutefois, dans le contexte de la COVID-19, l’objectif est de protéger les personnes contre les gouttelettes. Ainsi, si la tâche ne comporte pas un risque de projections d’objets, de particules, de matières dangereuses, de métaux en fusion ou de rayonnements intenses, tel que prévu par le RSST ou le CSTC, une protection oculaire (ex. : lunettes de vue) munie de protecteurs latéraux est suffisante.

Que faire en cas de pénurie d’équipements de protection individuels

Pour en apprendre davantage sur les mesures exceptionnelles à considérer pour les ÉPI lors de pandémie, consultez la fiche COVID-19 : Mesures exceptionnelles pour les équipements de protection individuelle en situation de pénurie lors de pandémie (INSPQ).

Il est important de noter que ces stratégies ne doivent pas être utilisées en dehors de la situation pandémique ou lorsque la disponibilité des ÉPI sera revenue à la normale.

Pénurie d’appareil de protection respiratoire N95

Dans l’éventualité d’une pénurie d’appareils de protection respiratoire N95, il existe d'autres types d’appareils qui respectent les normes minimales du N95.

Cependant, le port de certains de ces appareils offrant une protection équivalente, comme le demi-masque avec préfiltres N95, peut nécessiter une nouvelle formation et de nouveaux essais d’ajustement pour s’assurer de l’étanchéité. Cette étanchéité est nécessaire pour limiter les infiltrations pouvant exposer le travailleur au coronavirus. Référez-vous au fabricant afin de valider la conformité de ces masques.

Références utiles :

Réutilisation et désinfection des N95 et des P100

Consultez le document Réutilisation des respirateurs N95 dans un contexte d’une pénurie réelle ou appréhendée lors de la pandémie de la COVID-19 de l'INSPQ pour connaître les mesures à respecter dans ce contexte :

  • Comment peut-on réutiliser cet équipement de protection individuelle de façon sécuritaire?
  • Comment conserver un respirateur N95 pour un même travailleur pendant un même quart de travail?

Au sujet de la désinfection des masques, consultez les publications suivantes :

Retour à la page Mesures de prévention générales recommandées
Retour à la page COVID-19