Équipements de protection individuels - Généralités

Révisé le 28 mai 2018

Les équipements de protection individuels sont classés tout comme les protecteurs collectifs (barrières et gardes) comme des interventions entre la source du risque et les personnes exposées. Cependant, contrairement aux interventions à la source qui éliminent le risque et par conséquent l’exposition des travailleurs, les équipements de protection individuels ne préviennent pas l’accident, ils évitent ou limitent le contact avec les personnes ou en atténuent les conséquences. Il s’agit de moyens de protection, non pas de moyens de prévention. Les équipements de protection individuels se différencient des mesures de protection collective du fait qu’ils sont portés par chaque travailleur.

De nos jours, il existe une variété de types et de modèles d’équipements qui diffèrent selon le fabricant, la partie du corps à protéger et la nature du risque. Ainsi, il s’avère possible de trouver un équipement de protection individuel qui convienne pour à peu près tous les types de risques et d’individus.

Exemples de protection individuelle :

  • casques de sécurité pour protéger contre les risques de blessure à la tête
  • lunettes et visières de sécurité pour protéger les yeux et le visage contre les projections et les éclaboussures
  • bouchons et coquilles pour protéger l'ouïe
  • différents masques pour protéger les voies respiratoires des vapeurs, gaz, poussières
  • manchettes et gants pour empêcher les blessures aux bras et aux mains
  • habits et tabliers pour la protection du corps
  • chaussures de sécurité pour réduire les blessures aux pieds
  • harnais de sécurité pour protéger contre les risques reliés aux chutes de hauteur

Note : Les ÉPI associés à certains risques particuliers se retrouvent sur les pages respectives de ces risques. Pour de plus amples informations, consultez nos thèmes.

Pour bien jouer leur rôle, les équipements de protection individuels doivent d’abord et avant tout être portés, ils sont donc soumis au bon vouloir des individus. Bien sûr, ils nécessitent une gestion efficace des comportements sécuritaires de la part de l’employeur, mais aussi, il est fortement recommandé de consulter les travailleurs lorsqu’il vient le temps de faire le choix de ceux-ci. Si les travailleurs sont impliqués dans le choix et le processus d’achat d’un nouvel ÉPI par exemple, meilleures sont les chances que ceux-ci soient portés et utilisés correctement. Ainsi, leur efficacité dépend d’un ensemble de facteurs tels que :

  • la perception du risque
  • la sensibilisation des travailleurs à l’importance de porter les ÉPI
  • la tolérance de l’organisation au non-respect du port des ÉPI
  • leur disponibilité, leur accessibilité et leur remplacement
  • la formation sur l’utilisation adéquate de l’équipement ainsi que sur les conditions d’entretien et d’entreposage
  • l'implication des travailleurs dans le choix des ÉPI
  • leur facilité d'ajustement et leur niveau de confort
  • etc.
     

Bien qu’ils semblent relativement simples à utiliser et peu coûteux à court terme, il faut se rappeler qu’ils offrent une protection restreinte et ont une durée de vie limitée. Les équipements de protection individuels peuvent être fort utiles, mais ils doivent être utilisés lorsque des interventions plus efficaces ne sont pas possibles. Il ne faut pas les considérer comme des mesures permanentes ni limiter la recherche de solutions qui permettent une intervention à la source.
 

Les documents suivants proviennent d'autres organismes. Ils ne sont fournis qu'à titre d'information, mais peuvent vous être utiles.

Articles

Sécurité à la piscine : entretien des tremplins

22 Novembre 2018 L’APSAM vous présente l’initiative du Complexe sportif Claude-Robillard de la Ville de Montréal qui a travaillé afin de sécuriser les travaux d’entretien de ses tremplins.

La visibilité et la sécurité des brigadiers scolaires

2 Novembre 2015 La Ville de Rouyn-Noranda, service de la sécurité incendie, est finaliste pour la région Abitibi-Témiscamingue aux Grands prix santé et sécurité du travail de la CSST 2015 pour la visibilité et la sécurité des brigadiers scolaires.

Harnais de sécurité : dessus ou dessous?

16 Octobre 2014 Il est recommandé de porter le harnais de sécurité par-dessus les vêtements de protection. Cet article en explique les raisons.
Voir tous les articles »

FAQ

Oui. Selon l’article 51 alinéa 11 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST), il incombe à l’employeur de « fournir gratuitement au travailleur tous les moyens et équipements de protection individuels (MEPI) déterminés par règlement et de s’assurer que le travailleur, à l’occasion de son travail, utilise ces moyens ou équipements ». Cet article s’applique peu importe le statut du travailleur, qu’il soit temporaire, stagiaire, étudiant ou bénévole.

De plus, l’article 338 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail renchérit en mentionnant que « l’employeur doit fournir gratuitement au travailleur les moyens et les équipements de protection individuels ou collectifs prévus à la section XXX ainsi qu’aux articles 300, paragraphe 2 c) et 312 ». Au surplus, l’employeur doit s’assurer que les travailleurs utilisent ces MEPI et qu’ils ont reçu l’information nécessaire sur l’usage de ces MEPI.

Par ailleurs, le fait d’exiger un MEPI comme condition d’embauche ne répond pas à l’essence de la Loi, puisque c’est le travailleur qui doit payer cet équipement pour l’obtention de l’emploi. Donc, si le travailleur fournit son propre MEPI lors de son embauche, à défaut de le lui fournir, l’employeur devrait en principe le rembourser.

Des ententes négociées entre les parties patronales et syndicales peuvent exister. Par exemple, l’employeur pourrait octroyer un montant forfaitaire pour le remboursement de certains MEPI. Dans l’éventualité qu’un travailleur n’ait pas ses MEPI dès la première journée de travail, la relation employeur-travailleur s’établit et conséquemment, l’employeur devra tout de même respecter l’article 51 alinéa 11 de la LSST, soit de fournir gratuitement les MEPI nécessaires à la réalisation des tâches.

En conclusion, les obligations légales établies par la LSST sont d’ordre public. Ainsi, l’employeur doit s’assurer de les respecter et dans ce cas-ci, il doit fournir gratuitement aux travailleurs les MEPI exigés par la nature de leur emploi.

La norme CSA Z195 Chaussures de protection ne prévoit rien à cet effet. Cependant, il se peut que l’employeur exige une hauteur minimale suite aux recommandations des membres du comité santé et sécurité. Par exemple, si un comité santé et sécurité évalue qu’il y a un risque de renversement du pied ou de la cheville dû à la présence de surfaces inégales, il pourrait être recommandé de porter une chaussure de protection haute (bottes).

Nous tenons à vous rappeler que le but premier du port d’un équipement de protection individuelle est de protéger adéquatement le travailleur en fonction des conditions de son milieu de travail.

On peut acheter la norme auprès de la CSA ou l'emprunter à notre centre de documentation (cote NO-007046).

Depuis plusieurs années, il n’y a plus de date d'expiration pour les casques de sécurité. Vous pouvez conserver votre casque tant et aussi longtemps qu’il est maintenu en bon état, c’est-à-dire qu'il n'est pas fissuré, déformé ou décoloré. Aussi, un casque qui a été percuté par un objet doit être remplacé même s’il ne présente aucun signe de dommage.

Consultez la norme CSA Z94.1 Casques de sécurité pour l’industrie : tenue en service, sélection, entretien et utilisation pour obtenir plus d’information sur l’inspection et l’entretien de votre casque de sécurité. Cette norme peut être achetée auprès de la CSA ou empruntée au centre de documentation de la CNESST (cote NO-006128).

Oui, pour connaître la date d’expiration d’un harnais de sécurité, il faut se référer au manuel d’utilisation recommandé ou demander au fournisseur.

Cependant, dès que le harnais de sécurité et ses accessoires ont servi à l’arrêt d’une chute, l’ensemble (harnais et accessoires) doit être retiré du service. Il doit être également retiré quand un défaut apparaît.