COVID-19 : Spécifications pour la gestion des matières résiduelles

Mise à jour : 12 mai 2020

Le gouvernement du Québec propose plusieurs informations pertinentes concernant la gestion des matières résiduelles sur son site Internet. Plus particulièrement, vous y trouverez une section sur les organismes municipaux responsables des différentes collectes. Dans celle-ci, un lien est proposé vers un document de questions et réponses à l’intention des centres de tri et des organismes municipaux : Services essentiels en gestion des matières résiduelles (COVID-19).

Déchets et matières recyclables

Pour ce qui est des substances contaminées présentes lors de la collecte des déchets, dans les centres de tri, de compostage ainsi que de biométhanisation, nous ne pouvons que présumer leur présence, et ce, de façon proportionnelle au nombre de personnes contaminées dans la région desservie, en considérant qu’ils peuvent demeurer sur les objets plusieurs jours (voir COVID-19 (coronavirus) : introduction).

Nous tiendrons cette page à jour au fur et à mesure que des études scientifiques seront publiées sur le sujet.

Toutefois, comme les autres pathogènes, ces milieux de travail contaminés justifient déjà des mesures d’hygiène accrues ainsi que le port d’équipements de protection individuels (ÉPI) appropriés en fonction de l’évaluation des risques liés aux tâches à effectuer ainsi qu’à l’environnement de travail.

Nous vous invitons à suivre toutes les mesures de prévention contenues dans la fiche de l’INSPQ : Recommandations intérimaires concernant les travailleurs de la gestion des matières résiduelles : mesures de prévention de la COVID-19 en milieu de travail.

Vous trouvez aussi de nombreuses informations complémentaires sur la page : COVID-19 : RECYC-QUÉBEC poursuit ses activités et invite la population à prendre certaines précautions.

Nous vous invitons aussi à consulter les pages :

Éboueurs

Lors du compactage des déchets, il est recommandé de ne pas vous positionner dans l’axe de projection des gouttelettes.  Noter que cette mesure s’appliquait déjà avant la pandémie de la COVID-19. Respecter aussi vos procédures sécuritaires de travail, notamment à ce qui a trait à la circulation routière.

Il est aussi recommandé de nettoyer vos mains dès que vous enlevez vos gants, après les avoir placés dans une boîte ou un compartiment prévu à cet effet dans votre véhicule. Éviter de les déposer sur la banquette avant du véhicule.

En respectant les mesures de prévention générales recommandées, aucune protection respiratoire n’est requise.

Via Prévention a d’ailleurs publié le document Collecter sans virus présentant les différents équipements de protection individuels qui doivent être portés par les éboueurs, ainsi qu’un tableau des risques et des mesures de prévention additionnelles à appliquer, en période de pandémie.

Centres de tri et écocentres

Nous vous invitons à suivre toutes les mesures de prévention contenues dans la fiche de l’INSPQ : Recommandations intérimaires concernant les travailleurs de la gestion des matières résiduelles.

Puisqu’il a été demandé de présumer que le virus peut survivre plus de 24 heures sur une surface ou un objet contaminé (voir COVID-19 (coronavirus) : introduction), plusieurs municipalités, en fonction de l’évaluation des risques de transmission communautaire dans leur région, ont commencé à appliquer les principes de précaution suivants :

  • Sensibiliser davantage les citoyens sur l’importance de nettoyer les contenants et de les assécher.
  • Veiller à ce que le programme de protection respiratoire déjà en place, notamment pour la protection contre les moisissures, soit respecté.

Via Prévention a publié plusieurs documents qui présentent différents équipements de protection individuels qui doivent être portés par les travailleurs, ainsi qu’un tableau des risques et des mesures de prévention additionnelles à appliquer, en période de pandémie :

Les mesures de préventions recommandées pour tous les milieux contaminés sont :

  • Recourir aux Mesures préventives de base applicables à tous les travailleurs.
    Eaux usées : Il est aussi recommandé de prendre une douche à la fin du quart de travail, lorsque les risques liés à la tâche le justifient.
  • Choisir les ÉPI imperméables (bottes, gants, lunettes, visière, survêtements, etc.) pour la tâche à effectuer (ex. : nettoyage au jet d’eau) et à la situation de travail (ex. : dégrilleurs, dessableurs, espaces clos, etc.), ainsi qu’une protection respiratoire appropriée afin de protéger les travailleurs de tous les pathogènes contenus dans les éclaboussures et bioaérosols. Il est aussi très important de s’assurer que ceux-ci sont compatibles entre eux.
  • Nous vous invitons à vous référer à l’outil de l’IRSST Choisir une protection respiratoire contre les bioaérosols et à communiquer avec l’équipe de santé au travail de votre région afin de vous aider à compléter votre programme de protection respiratoire, si nécessaire.
  • Voir aussi les Spécifications pour les sous-traitants.

Nettoyage et désinfection des surfaces, objets et vêtements

  • Faire nettoyer ou nettoyer régulièrement ses vêtements de travail après leur utilisation ainsi que les ÉPI. Les détergents communs et les lavages domestiques sont réputés être efficaces pour la désinfection et le nettoyage de vos vêtements. Se référer au document Décontamination des surfaces et objets souillés de sang ou liquides biologiques adaptée aux intervenants d'urgence ainsi qu’à la Fiche technique no 19 – Les risques biologiques reliés aux eaux usées.
  • Effectuer l’entretien ménager habituel en apportant une attention particulière à la désinfection des poignées de porte, salle de bain, fontaines et cuisine ainsi que les zones avec un risque de contamination. La fréquence des nettoyages doit être déterminée en fonction de l’évaluation des risques. Certaines circonstances peuvent faire en sorte qu’un nettoyage est nécessaire immédiatement après une intervention, tandis que d’autres nécessiteront un nettoyage au minimum toutes les 24 heures. Utiliser des lingettes désinfectantes entre les nettoyages réguliers pour décontaminer les surfaces, comme à l’intérieur d’un véhicule.

Dans le cadre de votre programme de prévention, vous devez déjà avoir un plan d’action qui doit être soutenu par une démarche préventive afin de vous donner les moyens d’éliminer ou de contrôler les risques biologiques auxquels les travailleurs peuvent être exposés dans leur milieu de travail. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter le document Protégez-vous contre les risques biologiques : guide de gestion de la CNESST sur le thème Risques biologiques – généralités.

Nous vous invitons aussi à consulter les présentations portant sur les Bioaérosols : risques et contrôles en centres de traitement des eaux usées que vous trouverez dans le thème Bioaérosols.

Références :

Retour à la page COVID-19