Thèmes

Infolettre

Recevez les dernières actualités


Regroupement régional du Bas St-Laurent : des participants intéressés!

RSS

Les 23 et 24 septembre derniers se tenait la quatrième édition des rencontres régionales de la région du Bas St-Laurent. C’est respectivement à Rimouski et à Rivière-du-Loup que se sont déroulées nos deux journées de formation en santé et sécurité du travail. Une première cette année lors de nos regroupements régionaux : nous avons tenu des sessions de formation au lieu de sessions d’information. En effet, les 25 participants à ce projet pilote recevront une attestation officielle.

Le thème abordé cette année portait sur l’implantation d’un programme de cadenassage. Madame Élaine Guénette, conseillère à l’APSAM, dispensait le contenu de la formation. C’est avec passion et compétence qu’elle a alimenté les participants sur les conditions gagnantes pour l’implantation d’un tel programme. Ces derniers étaient particulièrement alertes et intéressés par les propos de notre formatrice. On peut conclure que ces deux journées ont permis aux participants de savoir tout ce qu’ils désiraient sur le cadenassage et qu’ils n’osaient pas demander!

Des journées bien remplies

L’objectif premier de ces journées était de permettre aux municipalités d’implanter ou de mettre à jour leur programme de cadenassage en fonction des modifications réglementaires en devenir. Un plan d’action définissant les différentes étapes de réalisation ainsi que la procédure pour élaborer des fiches de cadenassage, des registres, des grilles d’inventaire et des fiches de cadenassage ont été remis aux participants. Ces outils pratiques, que les travailleurs et gestionnaires pourront utiliser sur le terrain, leur ont également été envoyés en format électronique. Finalement, madame Guénette a couvert le projet de modification du Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST) et du Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC) portant sur le cadenassage.

De la théorie à la pratique 

En après-midi, les participants ont pu vérifier l’acquisition de leurs connaissances par des exercices pratiques. Différentes maquettes étaient à la disposition de ces derniers. Ils ont pu s’exécuter en effectuant le cadenassage adéquat afin de sécuriser ces machines qui peuvent être dangereuses si cette opération n’est pas intégrée aux différentes tâches du travailleur.

Des statistiques alarmantes!

De nombreuses municipalités n’ont toujours pas implanté ou complété leur programme de cadenassage. Les principales raisons semblent liées à la conception déficiente des machines, aux équipements et procédés qui ne permettent pas l’application des procédures, ainsi qu’à l’intégration de cette méthode sécuritaire dans l’organisation du travail.

Pourtant, une étude réalisée en 2008 par l’IRSST sur le cadenassage en milieu industriel a démontré que «le secteur municipal, qui compte pour 1,9% des travailleurs québécois, récolte 4,4% des blessures traumatiques, le genre de blessures typiquement associées à une faute de cadenassage. Quand on va dans la catégorie «coincé ou bloqué par de l’équipement en marche», [encore plus directement liée au cadenassage], on trouve 127 événements traumatiques de 1998 à 2007, qui ont coûté 1,16 million de dollars à la CSST.»1  

Ces statistiques démontrent nettement l’importance pour les membres des comités paritaires sur le cadenassage des municipalités d’élaborer un plan d’action afin de prioriser les interventions et les investissements à faire, dans le but d’implanter avec succès ce programme dans leur municipalité. Pour vous aider, nous vous invitons à utiliser le plan d’action produit par l’APSAM, disponible sur le thème Cadenassage

À vos cadenas!

1 Source : Cadenassage : le défi de la diversité dans le secteur municipal (Prévention au travail, printemps 2013 - IRSST)